Comptable non devenu personne technique pour la rédaction des comptes de 2 entreprises

Accountant-not-become-technical-person-for-writing-Accounts-of-2-firms.jpg

Rajendra Kumar Chowdhary contre ITO (ITAT Lucknow)

Le salaire d’un comptable ne peut être traité comme un service professionnel pour la gestion des livres de deux entreprises pour invoquer TDS en vertu de l’article 194J

Le premier refus concernait le salaire versé au comptable de l’évalué pour la tenue des livres de compte de deux entreprises individuelles. L’évalué avait déposé une confirmation du comptable concernant le fait que le paiement ci-dessus avait été effectué sur salaire et je conclus en outre que l’agent d’évaluation a invoqué l’article 194J pour conclure que le comptable fournissait des services professionnels et techniques et, par conséquent, l’évalué était tenu de déduire TD. Cependant, l’application de l’article ci-dessus à l’évalué est contraire aux faits car le comptable lui-même avait confirmé qu’il était payé en tant qu’employé. L’employé n’a pas besoin d’être un employé à temps plein et il peut également être un employé à temps partiel. Du simple fait que le comptable rédigeait les livres comptables de deux entreprises, on ne peut pas dire qu’il agissait à titre de personne technique. Par conséquent, les dispositions de l’article 40(a)(ia) n’étaient pas applicables et, par conséquent, la personne évaluée n’était pas tenue de déduire le TDS et, par conséquent, ce motif d’appel est accueilli.

Comptable non devenu personne technique pour la rédaction des comptes de 2 entreprises

TEXTE INTÉGRAL DE L’ORDRE DE L’ITAT LUCKNOW

Cet appel a été déposé par la personne évaluée contre l’ordonnance du savant CIT(A)-I, Lucknow du 20/06/2019 relative à l’année d’évaluation 2014-15. Dans cet appel, l’évalué a fait valoir les motifs suivants :

« 1. Que le savant AO a ajouté Rs.60,000/- au revenu de l’appelant en ce qui concerne son entreprise individuelle M / s Chowdhary Filling Station et Rs. 60 000/- au revenu de l’appelant à l’égard de son autre entreprise individuelle M/s Laxmi Trading Company, totalisant 1 20 000 roupies/- en refusant le salaire versé à l’employé pour tenir les livres de l’appelant pour lequel la confirmation a été soumise que le les dépenses ci-dessus ont été engagées au titre de son salaire. Il ne possédait aucune qualification technique et n’était pas technicien. L’honorable CIT(A) n’a pas accepté la prétention de l’appelant dans cette respecte et confirme l’ajout ci-dessus qui est injustifié et mérite d’être entièrement supprimé.

2. Que le savant AO a ajouté Rs.88,357/- pour d’éventuelles fuites et irrégularités @ 10% sur les dépenses totales réclamées de Rs.8,83,574/- en ce qui concerne les frais de fonctionnement du pétrolier de la société propriétaire M / s Chowdhary Filling Station de l’évalué sur une base ad hoc alors que les livres de compte ont été acceptés et sans donner de raison particulière. L’honorable CIT(A) n’a supprimé que 50 % de l’ajout ci-dessus qui devrait être supprimé dans son intégralité.

3. Que le savant AO a ajouté Rs.1,71,125/-sur une base d’estimation @20 % des dépenses totales réclamées de Rs.23,684/- sur les frais de téléphone et de téléphonie mobile, le fonctionnement et l’entretien des véhicules Rs.2,96,359/ – dépréciation de la voiture de Rs.5,65,584/-, totalisant Rs.8,85,627/- en raison des dépenses réclamées en téléphone, frais de téléphonie mobile, fonctionnement et entretien du véhicule, dépréciation de la voiture dans le cas de la société propriétaire appelante M/s Chowdhary Station service. L’honorable CIT(A) n’a supprimé que 50 % de l’ajout ci-dessus qui devrait être supprimé dans son intégralité.

4. Que le savant AO a ajouté Rs. 24 276 pour d’éventuelles fuites à 20 % du total des dépenses réclamées de Rs.28 563 sur les frais de téléphone et de téléphonie mobile et l’amortissement sur la voiture Rs. 92,816, totalisant Rs. 1 21 379 au titre des frais de téléphone et de téléphonie mobile de la société individuelle appelante M/s Laxmi Trading Company. Hon’ble CIT(A) n’a supprimé que 50 % de l’ajout ci-dessus qui devrait être supprimé dans son intégralité. »

2. Au départ, Learned AR a fait valoir que la personne évaluée est propriétaire de deux entreprises, à savoir M / s Laxmi Trading Company et M / s Chaudhary Filling Station, et que dans les deux entreprises, la personne évaluée avait débité Rs.60,000 / – en tant que salaire versé au comptable. et l’agent d’évaluation au lieu de traiter la même chose comme un salaire, a jugé que la même chose était de la nature des frais comptables et, par conséquent, a jugé que puisque la personne évaluée n’avait pas déduit le TDS et conformément aux dispositions de l’article 40 (a) (ia) du Loi, il a fait l’addition. Il a été soutenu que l’agent d’évaluation a également rejeté 10 % des dépenses sur les dépenses de fonctionnement du pétrolier sans signaler aucune anomalie dans les livres de compte et rejetant les livres de compte. Il a été avancé que des ajouts ad hoc similaires ont été effectués sur les dépenses de fonctionnement des véhicules, l’amortissement des voitures et les dépenses de téléphone et de téléphonie mobile, qui ont à nouveau été refusées sans signaler aucune anomalie dans les livres de compte. Il a été soutenu que le fait de rejeter, sans rejeter les livres de compte et sans signaler toute anomalie est contraire à la loi telle que jugée par divers bancs du Tribunal et en particulier, on s’est appuyé sur un jugement de l’honorable Allahabad Bench du Tribunal dans l’affaire de Shri Sanjeev Vaish contre ACIT dans l’ITA n° 184/Allahabad/2018 et s’est davantage appuyé sur le tribunal de Kolkata dans l’affaire ACIT contre Shri Debdas Dutta dans l’ITA n° 1595/Kol/2014.

3. Le DR appris, d’autre part, s’est fortement appuyé sur les ordres des autorités inférieures.

4. J’ai entendu les parties rivales et j’ai parcouru les documents versés au dossier. Je conclus que le premier refus concernait le salaire versé au comptable de l’évalué pour la tenue des livres comptables de deux entreprises à propriétaire unique. L’évalué avait déposé une confirmation du comptable concernant le fait que le paiement ci-dessus avait été effectué sur salaire et je conclus en outre que l’agent d’évaluation a invoqué l’article 194J pour conclure que le comptable fournissait des services professionnels et techniques et, par conséquent, l’évalué était tenu de déduire TD. Cependant, l’application de l’article ci-dessus à l’évalué est contraire aux faits car le comptable lui-même avait confirmé qu’il était payé en tant qu’employé. L’employé n’a pas besoin d’être un employé à temps plein et il peut également être un employé à temps partiel. Du simple fait que le comptable rédigeait les livres comptables de deux entreprises, on ne peut pas dire qu’il agissait à titre de personne technique. Par conséquent, les dispositions de l’article 40(a)(ia) n’étaient pas applicables et, par conséquent, la personne évaluée n’était pas tenue de déduire le TDS et, par conséquent, ce motif d’appel est accueilli.

4.1 En ce qui concerne les autres moyens d’appel, qui sont contre le rejet ad hoc, je constate que l’agent d’évaluation n’a nulle part dans l’évaluation rejeté les livres de compte et a simplement rejeté certaines dépenses pour couvrir les éventuelles fuites et irrégularités. Le fait de prononcer des refus ad hoc, sans rejet de livres de compte et sans signaler aucune anomalie dans les livres de compte, est contraire à la loi. Le savant CIT(A) lui-même a supprimé 50 % des rejets ad hoc, mais à mon avis, les ajouts eux-mêmes ne sont pas viables compte tenu de la décision de divers bancs du Tribunal dans laquelle il a été jugé que sans rejet des livres de compte et sans signaler une anomalie dans les livres comptables, le désaveu ad hoc ne peut être effectué. La formation du tribunal d’Allahabad dans l’affaire Shri Sanjeev Vaish contre ACIT dans l’ordonnance ITA n°184/Allahabad/2018 en date du 19/12/2018 a statué qu’un tel refus ad hoc ne peut être fait sans rejet des livres de compte et a détenu comme sous :

« 6. Les faits ne sont pas contestés. Il est de droit bien établi que, lorsque les autorités fiscales ne signalent aucun vice dans la réclamation de l’évalué, et que les livres comptables tenus par l’évalué ne sont pas rejetés, un tel refus ad hoc à un chiffre fantaisiste ne peut être fait et la réclamation de l’évalué requis pour être accepté comme tel. A cet égard, on peut se référer aux décisions suivantes :

1. ACIT contre la construction alliée [2007] 106 TTJ 616 (Tribunal de l’ITAT à Delhi.

2. Seasons Catering Services (P) Ltd. contre DCIT [2010] 43 DTR 397 (Banc ITAT Delhi)

3. M/s Kanha Vanaspati Ltd. contre JCIT [2006] 7 MTC 339 (banc de l’ITAT Lucknow)

4. CIT contre Subhash Chand Agarwal [2013] 58 SOT 122 (Banc ITAT Allahabad)

7. Compte tenu de ce qui précède, le grief de l’évalué est jugé fondé. Il est accepté tel quel. Les ajouts effectués sont donc supprimés dans leur intégralité.

5. Compte tenu de ce qui précède, les refus ad hoc subis par CIT(A) sont supprimés.

6. En conséquence, l’appel de la personne évaluée est accueilli.

(Ordonnance prononcée en audience publique le 04/11/2019)

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email