« Digital Virgo est une véritable plateforme de paiement et de monétisation. »

logo.jpg

Directeur Général de Digital Virgo, Guillaume Briche revient sur la croissance de ce champion du paiement et de la monétisation mobiles, qui entend accélérer sa croissance internationale en misant sur son modèle « Glocal »

L’article Guillaume Briche : « Digital Virgo est une véritable plateforme de paiement et de monétisation. » est apparu en premier sur MMAF.

La story Digital Virgo ?

Guillaume Briche – Digital Virgo, c’est une société qui a été créée en 2008, qui est une spin-off d’une société qui s’appelait Jet Multimédia. 2008, c’est l’année de création du smartphone et donc, les fondateurs de Jet Multimédia ont décidé de reprendre un certain nombre d’actifs pour créer la société Digital Virgo avec la conviction qu’avec le développement de la qualité des réseaux et des smartphones, les gens allaient accepter de payer pour des contenus de meilleure qualité dans le loisir numérique, la musique, le jeu ou la vidéo. Et dans ce contexte, étant des experts des télécoms, quoi de mieux que les solutions de paiement des opérateurs télécoms pour monétiser ces contenus digitaux qui allaient gagner en attractivité, en qualité et en usage.

Aujourd’hui, Digital Virgo, c’est une société, avant tout de paiement mobile et pour nous le paiement mobile – et c’est la spécificité du groupe – c’est vraiment que le paiement n’est pas simplement gérer du transactionnel, mais s’adresser à un écosystème global. Qu’est-ce que ça veut dire, adresser un écosystème global ? C’est avant le paiement, pour répondre aux problématiques de parcours client et d’anti-fraude. C’est aussi gérer la phase transactionnelle en tant que telle et également tout ce qui se passe en post-achat après le paiement. Des sujets comme la gestion des abonnés et comme le service client. En tant que société de paiement mobile, nous adressons donc cet écosystème pour créer beaucoup plus de valeur.

À cela, on a aussi ajouté des expertises additionnelles. Je vais citer un seul exemple qui est l’expertise en marketing digital. Aujourd’hui, pour l’ensemble de nos clients, on opère des campagnes de marketing digital pour des budgets supérieurs à 100 millions d’euros en amenant justement des utilisateurs finaux sur les services de nos clients et en prévoyant la valeur au-delà du même paiement. C’est pourquoi aujourd’hui, Digital Virgo est une véritable plateforme de paiement et de monétisation.

Quelle place pour le parcours client dans cet écosystème ?

Guillaume Briche – Aujourd’hui, ce parcours client, c’est un élément déterminant de la performance. Aujourd’hui, l’ADN de Digital Virgo est d’être « glocal ». Qu’est-ce que ça veut dire glocal ? Ça veut dire qu’on a finalement une stratégie globale, mais avec une application locale adaptée à chacun des pays. Aujourd’hui, on a des bureaux physiquement dans 26 pays pour gérer 46 territoires. Cette présence locale est hyper importante. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, les parcours clients sont très différents, en Pologne, en Argentine, au Sénégal, en France, au Brésil, au Mexique, et à chaque fois, on doit faire de l’adaptatif.

Pourquoi ? Parce que la France est un pays à part, où la part du poste payée est très importante, mais dans un certain nombre de pays, la part du prépayé va être prépondérante. C’est le cas en Afrique, c’est le cas dans tous les pays émergents. La part du Wifi, versus la 3G, la 4G, et maintenant de plus en plus de la 5G nécessite aussi des adaptations du parcours client pour à chaque fois délivré à l’utilisateur final le meilleur parcours possible et donc permettant une performance, une transformation ou une conversion des clients à travers le transactionnel qui soit la plus pertinente et la plus performante.

C’est réellement ce à quoi s’attache au quotidien les équipes de Digital Virgo : En permanence, proposer le parcours client le plus adapté à la situation de l’utilisateur final en fonction du pays, en fonction de l’opérateur, en fonction de l’OS du téléphone, en fonction du statut Wifi ou 3G, connecté ou non connecté. Donc, c’est l’ensemble de ces éléments qu’on va finalement travailler pour à chaque fois devenir extrêmement performants et proposer à nos clients une performance accrue.

Digital Virgo, une société mobile first ?

Guillaume Briche – Digital Virgo est né en 2008, avec la sortie du premier smartphone. On s’est bâti sur la conviction qu’avec le développement de la qualité des terminaux, avec le développement des réseaux, enfin des qualités de services, la qualité de service allait augmenter. De plus en plus, de nouveaux usages allaient se développer dans la musique, dans la vidéo, dans le jeu. Et donc, forts de notre expérience dans les télécoms, l’association du mobile et des télécoms a en réalité été le socle de départ et de développement ensuite du groupe.

Du reste, depuis 2008, la société a connu une croissance constante, à la fois externe et organique. On a racheté un peu plus de 10 sociétés au cours des 12 dernières années et on a aussi une croissance organique importante, en moyenne d’environ 10 % au cours des dernières années et une croissance surtout, qui a été louable depuis la constitution du groupe .

Donc, une croissance louable, stable, constante et une société qui est devenue industrielle mais qui reste finalement pilotée en mode agile.

Quel futur pour Digital Virgo ?

Guillaume Briche – Alors aujourd’hui, l’objectif est d’accélérer cette croissance. Je parle d’une croissance louable depuis maintenant plus de dix ans. On va accélérer au cours des prochains mois. Il faut qu’on reste agiles tout en disposant d’une plateforme globale et d’un outil industriel. Le développement va passer par plusieurs aspects.

D’abord, un développement géographique. Aujourd’hui on est physiquement présent dans 26 pays et plus d’une quarantaine de territoires. Il y a encore des zones sur lesquelles on est assez peu présents et qu’on prévoit de développer. Dans un premier temps, ça va être l’Amérique du Nord avec le Canada puis les États-Unis. On est aussi encore assez peu présents en Asie et des développements sont aujourd’hui en préparation.

Et puis, bien évidemment, l’Afrique anglophone. Aujourd’hui, on est très puissants et leaders en Afrique francophone. On est aussi puissants au Moyen-Orient. On est présente en Afrique du Sud, on est présente au Ghana. Mais il faut qu’on développe toute la partie anglophone, qui est un levier de croissance important.

Ça passe aussi par une premiumisation de nos offres. De plus en plus de marchands premium se connectent à notre plateforme et viennent aussi booster la croissance. Et puis, bien évidemment, des purs sujets de R&D. Alors en même temps, on reste quand même assez pragmatiques par rapport à toutes les innovations, parce que finalement, il y a plus risqué que d’être en retard, c’est un peu trop en avance.

J’ai daté le début du groupe de 2008. En réalité, les fondateurs sont dans ce secteur des télécoms et des technologies depuis bien plus longtemps. Éric Peyre, qui est le fondateur du groupe, a lancé dans les années 80 avec le Minitel et a toujours su se réinventer et toujours su prendre les virages. En 2008, on était sur des technologies encore largement IVR, SMS. Petit à petit, sur un basculé sur de plus en plus de Web mobile.

Ce qui ne veut pas dire qu’on ne fait plus de vocal, qu’on ne fait plus de SMS, au contraire. Sur adresse toutes les solutions de facturation des opérateurs. À chaque fois, on s’adapte en fonction des pays. En Afrique, on est très présents, on use beaucoup l’USSD, par exemple. Mais sur un pris ce virage du marketing mobile. Et puis aujourd’hui, j’en parle, sur regarde les sujets Web3.

Donc réellement, la clé, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que c’est un groupe qui a en permanence réussi à prendre les bons virages, à s’adapter, à se réinventer. Et c’est finalement la meilleure garantie, aujourd’hui sur notre capacité à appréhender l’avenir, à continuer à développer de façon rentable une croissance significative.

L’article Guillaume Briche : « Digital Virgo est une véritable plateforme de paiement et de monétisation. » est apparu en premier sur MMAF.

La source :

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email