HOAX: Ce post Facebook annonçant divers postes pour les employés de l’aéroport chez JKIA est une arnaque | de PesaCheck | décembre 2022

1Bt6veCM22ND0Z4ZT8tvtKg.png

Une publication sur Facebook annonçant divers postes pour les employés de l’aéroport avec une fourchette de salaire de 20 000 KSh à 30 000 KSh à l’aéroport international Jomo Kenyatta est un canular.

Le poste, qui a été partagé dans un groupe de recherche d’emploi public, répertorie plusieurs postes vacants et les personnes intéressées sont priées de contacter le numéro fourni.

Une fois que les candidats intéressés ont répondu, l’auteur de la publication leur demande d’envoyer un message sur WhatsApp à un contact partagé.

Des messages similaires ont également été partagés ici et ici, accompagnés d’une photo d’un aéroport.

Cependant, une recherche d’image inversée Google de la photo montre que l’aéroport sur la photo est l’aéroport de Srinagar en Inde.

De plus, depuis le 5 décembre 2022, les emplois répertoriés dans la publication Facebook n’apparaissent pas sur l’onglet Carrière du site Web de la Kenya Airports Authority (KAA).

Par le passé, KAA a mis en garde contre les faux emplois via sa page Facebook et son site Web, déclarant que tous ses postes vacants sont publiés sur son site Web et dans les journaux grand public et qu’ils n’offrent pas d’opportunités d’emploi payantes.

PesaCheck a examiné une publication sur Facebook annonçant divers postes pour les employés de l’aéroport avec une fourchette de salaire de 20 000 KSh à 30 000 KSh à l’aéroport international Jomo Kenyatta et a découvert qu’il s’agissait d’un canular.

Ce message fait partie d’une série en cours de vérifications des faits PesaCheck examinant le contenu marqué comme désinformation potentielle sur Facebook et d’autres plateformes de médias sociaux.

En s’associant à Facebook et à des plateformes de médias sociaux similaires, des organisations tierces de vérification des faits comme PesaCheck aident à distinguer les faits de la fiction. Pour ce faire, nous donnons au public un aperçu et un contexte plus approfondis des publications qu’il voit dans ses flux de médias sociaux.

Avez-vous repéré ce que vous pensez être des informations fausses ou fausses sur Facebook ? Voici comment vous pouvez signaler. Et, voici plus d’informations sur La méthodologie de PesaCheck pour vérifier les contenus douteux.

Cette vérification des faits a été rédigée par PesaCheck Fact-Checker Harriet Ogayo et édité par PesaCheck Senior Copy Editor Cédrick Irakoze et rédacteur en chef par intérim Francis Mwaniki.

L’article a été approuvé pour publication par le rédacteur en chef de PesaCheck Doreen Wainainah.

PesaCheck est la première initiative de vérification des faits en matière de finances publiques en Afrique de l’Est. Elle a été co-fondée par Catherine Gicheru et Justin Arensteinet est incubé par le plus grand accélérateur de technologies civiques et de journalisme de données du continent : Code pour l’Afrique. Il vise à aider le public à séparer les faits de la fiction dans les déclarations publiques sur les chiffres qui façonnent notre monde, avec un accent particulier sur les déclarations sur les finances publiques qui façonnent la prestation par le gouvernement des services publics des objectifs de développement durable (ODD), tels que les soins de santé, le développement rural et l’accès à l’eau/l’assainissement. PesaCheck teste également l’exactitude des reportages dans les médias. Pour en savoir plus sur le projet, visitez pesacheck.org.

Suivez-nous
Comme nous
Envoyez-nous un email

PesaCheck est une initiative de Code pour l’Afriqueà travers ses fonds innovateAFRICAavec le soutien de Académie Deutsche Welleen partenariat avec une coalition de médias africains locaux et d’autres organisations de surveillance civique.

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email