Narbonne : la nouvelle licence commerce marketing de Louise-Michel lance le lycée vers une offre de campus

image.jpg

Après le BTS, les étudiants qui voudraient pouvoir rester à Narbonne pour parachever un cursus en vente, commerce et marketing.

Ce lundi matin, la première promotion de 12 étudiants de cette licence était accueillie dans l’établissement par le proviseur, leurs enseignants et le directeur du Conservatoire des Arts et Métiers Occitanie. Jusqu’à présent, les étudiants qui sortaient des BTS en poche devaient partir à Montpellier, Toulouse ou au-delà pour poursuivre leurs études. Désormais, ils ont la possibilité de rester à Narbonne dans leur lycée, à Louise Michel. Cette nouvelle L3 Commerce, vente et marketing se fait sous forme d’apprentissage avec un contrat d’alternance. Avec ce niveau Bac + 3, ils pourraient, s’ils l’envisagent, intégrer un master marketing dans un monde numérique.

Eric Boissière, Xavier Bulle, Frédéric Nou et Jean-Pierre Cuellar

Eric Boissière, Xavier Bulle, Frédéric Nou et Jean-Pierre Cuellar
Indépendant – CHRISTOPHE BARREAU

« Ici nous avons beaucoup de BTS dans le tertiaire, et se posait la question de la poursuite après le diplôme. Certains pensaient faire une prépa, mais les autres s’interrogeaient. Il y a une vraie demande pour les BAC + 3 » explique Eric Boissière, le proviseur et président du GRETA Aude, qui s’est appuyé sur les Arts et Métiers « une carte de visite solide, assise sur une qualification sérieuse et ambitieuse ». Loin d’être insurmontable, la création de cette nouvelle filière s’est avérée plutôt aisée, « nous avions l’équipe enseignante qui, dès le début, a initié et poussé le projet, elle est montée naturellement pour accompagner les étudiants » poursuivre le proviseur.

« Notre ambition est de porter l’enseignement supérieur sur tout le territoire, et pas uniquement les métropoles insiste Xavier Bulle du conservatoire des Arts et Métiers, on ne cherche pas à se développer dans les grandes villes universitaires, on est présent sur Ales, Montauban Foix, Albi, etc.. »

En termes d’enseignement, une licence est porteuse d’emploi et cet enseignement correspond à une demande du public sur notre territoire audois. « Les étudiants sont les acteurs du territoire économique, il est important qu’ils ne soient pas aspirés dans les grandes villes, mais qu’ils participent au développement du PIB dans l’Aude ».

Parallèlement, les entreprises, qui ont eu des étudiants lors des stages de BTS ont fait connaître un besoin : « on nous disait : on est ravis de vos étudiants et on aimerait leur confier de nouvelles saisons mais on ne peut pas »poursuivez le proviseur.

« Aujourd’hui, le monde universitaire bascule de plus en plus vers les BAC + 3 et de nombreuses formations proposent des bachelors, terme très à la mode inspiré du modèle anglo-saxon, mais les étudiants doivent se méfier car ils ne sont pas tous reconnus par l’État, les écoles privées ouvrent des formations mais ensuite, ils créent leur propre master car les étudiants ne peuvent basculer sur un master public universitaire » expliquent pour leur part les enseignants Jean-Pierre Cuellar et Fréderic Nou.

Ce diplôme à forte valeur ajoutée ouvre les portes des entreprises mais également celles du master reconnu par l’Etat.

Nouvel emploi du temps, nouveau rythme scolaire avec cette rentrée au lycée

Nouvel emploi du temps, nouveau rythme scolaire avec cette rentrée au lycée
Indépendant – CHRISTOPHE BARREAU

Une rentrée bien huilée

2000 lycéens, 400 étudiants et 250 enseignants se croisent au quotidien dans Louise Michel, l’un des plus gros lycées de l’académie. L’établissement ax cette rentrée autour de pluieurs réflexions, dont le parcours d’orientation de chaque élève, la projection dans le supérieur des élèves des filières professionnelles, avec l’accent porté sur les postures de ces lycéens (comment se présenter, affiner son discours, s’habiller le jour d’un entretien etc…)

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email