pourquoi des influenceurs de TikTok boycottent le géant du web ?

amazon-influenceurs-tiktok-boycott-une.jpg

« Jusqu’à ce que les changements aient lieu, nous empêchions Amazon de monétiser l’un des plus grands réseaux sociaux au monde. » C’est inédit dans l’histoire des influenceurs et influenceuses sur TikTok. 70 d’entre elles et eux ont lancé une opération contre Amazon, en soutien au mouvement syndicaliste qui secoue le géant du web américain depuis plusieurs mois.

Photo : Frédéric Legrand – COMEO / Shutterstock

« People Over Prime », tel est le nom de cette campagne de soutien. Les 70 influenceurs et influenceuses à l’origine de l’initiative ont affirmé boycotter l’entreprise américaine tant que les revendications du syndicat Amazon Labour Union (ALU) n’ont pas été honorées par Amazon. Parmi ces revendications, on retrouve un salaire horaire minimum de 30 dollars ainsi que la fin des actions du géant du web contre les syndicats mais aussi la révision à la hausse du congé maladie, peut-on lire dans Le Figaro. « Nous empêchons Amazon de monétiser l’un des plus grands réseaux sociaux au monde »affirment les influenceurs et influenceuses dans une lettre adressée à l’entreprise.

Une campagne menée par la jeune génération

L’action de ces célébrités TikTok, constituées en un collectif baptisé « Gen-Z for Change », pourrait faire plier le géant du web car à toutes, elles ne cumulent pas moins de 51 millions d’abonnés. Autre fait notable, le collectif derrière cette campagne est composé d’influenceurs et d’influenceuses issus de la « Génération Z », ces jeunes qui débarquent sur le marché du travail. Ils et elles ont donc un intérêt particulier pour les marques, notamment sur un réseau social comme TikTok, où leur présence est écrasante.

« On sait depuis longtemps à quel point les créateurs et créateurs de contenus sont essentiels au modèle marketing d’Amazon »confirme à l’AFP Elise Joshi, 20 ans, directrice de la stratégie de Gen-Z for Change, qui appelle d’autres influenceurs et influenceurs à rejoindre le mouvement en signant une pétition.

En effet, depuis 2017, Amazon leur propose de recommander des produits disponibles sur la plateforme via une page personnalisée. Ils et elles peuvent ainsi toucher des revenus grâce à ces recommandations. Le collectif « Gen Z for Change » a donc décidé d’abandonner ce programme tant que les revendications du premier syndicat américain d’Amazon, créé dans un entrepôt de Staten Island, à New York, restent sans réponse.

Le bien-être des employés : la « priorité numéro un » d’Amazon

Le géant du web a réagi à la campagne. Paul Flanigan, un porte-parole d’Amazon, a ainsi assuré dans un communiqué, transmis à l’AFP, « la santé, la sécurité et le bien-être » des employés de l’entreprise américaine étaient leur « priorité numéro un ». Et d’ajouter :

« Nous avons investi des milliards de dollars pour de nouvelles mesures de sécurité, des technologies et d’autres solutions innovantes destinées à protéger nos employés (…) Nous nous engageons à offrir à nos employés les ressources dont ils et elles ont besoin pour réussir en prévoir du temps pour des pauses régulières et un rythme de travail confortable. »

Paul Flanigan, un porte-parole d’Amazon

Pas sûr que l’entreprise finie par pince. En attendant, plusieurs millions d’utilisateurs et utilisatrices du réseau social chinois se voient ainsi sensibilisées à la cause des travailleurs et travailleuses des entrepôts Amazon. Ne reste plus qu’à les informer sur les conséquences sur l’environnement des pratiques de telles entreprises…

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email