Selon les experts, la formation au cloud pour tous est essentielle aux efforts de migration

1666305629_open-graph.jpg

En ce qui concerne la migration vers le cloud, tous les travailleurs doivent avoir les bonnes compétences pour utiliser et comprendre la technologie, selon des experts du gouvernement et de l’industrie qui ont pris la parole lors d’un panel organisé par le Advanced Technology Academic Research Center jeudi. Cette formation et cette éducation ne se limitent pas aux technologues, car d’autres travailleurs auront un impact sur le cloud et devraient le comprendre.

« Seuls 8 % des technologues possèdent les compétences étendues en matière de cloud computing pour réellement fournir du cloud computing », a déclaré Drew Firment, stratège en chef du cloud chez Pluralsight. « Le cloud est une culture, il y a un langage. Vous devez sortir de la chambre d’écho de 8%.”

La suppression de cette chambre d’écho oblige les organisations à « démocratiser l’éducation au cloud », a-t-il expliqué.

« De nombreuses stratégies sont associées à cela, mais vous n’obtiendrez jamais cette promesse dans le cloud computing si vous envisagez le cloud de manière tactique comme une infrastructure. Où vous pensez probablement à votre peuple de la même manière, n’est-ce pas ? Vous devez investir autant dans la migration des talents vers le cloud que vous investissez stratégiquement dans le cloud computing », a déclaré Firment.

Il n’est pas seulement important que les technologues soient formés au cloud, mais les sous-traitants, les responsables des achats et les autres travailleurs doivent également en savoir plus sur le cloud pour l’utiliser efficacement. Par exemple, l’administration des services généraux s’efforce d’éduquer les sous-traitants sur le cloud pour les aider à mieux effectuer leur propre travail.

« Nous sommes très intéressés à familiariser le monde de la sous-traitance avec le cloud, après tout, c’est un tel mystère pour la plupart des gens », a déclaré Skip Jentsch, responsable des produits cloud chez GSA. « Donc, ce que nous faisons, c’est fournir ces webinaires publics. C’est essentiellement le cloud pour les nuls, et nous expliquons très rapidement les différences entre l’infrastructure et le logiciel de plate-forme en tant que service, mais nous abordons ensuite les avantages de la façon dont les agences peuvent changer leur culture vers le haut de la pile dans le monde de la gestion des applications et non le monde de la gestion des serveurs. Et donc, ce que nous faisons, c’est éduquer ces agents de passation de marchés en tant que spécialistes de la passation de marchés – internes à la GSA et externes à l’échelle du gouvernement fédéral – pour faire sortir cette formation au cloud un peu plus loin du sous-sol informatique et dans la zone de programme et dans le monde contractuel.

Jentsch a ajouté que depuis la pandémie de COVID-19, la participation à ces webinaires a augmenté et il y a un nombre croissant de participants des rôles de programme et de sous-traitance, par opposition aux emplois axés sur l’informatique.

Les responsables peuvent également être amenés à trouver des moyens créatifs de montrer que davantage d’argent doit être dépensé pour les efforts de migration vers le cloud, car ils travaillent avec les responsables des achats.

« La plupart des responsables des achats, lorsqu’ils traitent avec l’informatique, ont l’habitude d’acheter une licence logicielle prête à l’emploi que vous payez une fois par an, et cela dure 12 mois. » Guy Cavallo, directeur de l’information au Bureau de la gestion du personnel, a déclaré. « Ce que j’ai dû faire, c’est imprimer le tableau de consommation par rapport à l’utilisation future prévue et l’apporter au responsable des achats et lui dire : ‘D’accord, mon contrat n’est pas jusqu’en mars ; je vais manquer d’argent en décembre; il n’y a pas de mal à ce que nous y mettions plus d’argent. C’est comme acheter de l’électricité. C’est comme un [blanket purchasing agreement].’ Mais jusqu’à ce que je leur montre ce tableau que nous n’allions pas faire jusqu’en mars, ils se disaient ‘Guy, accrochez-vous à mars et ensuite à votre renouvellement annuel, mettez plus d’argent dessus.’ Donc, vous savez, le travail de GSA est vraiment d’une grande aide… Et je vous recommande fortement de conserver votre tableau de votre consommation et de l’avoir à disposition et de commencer environ deux mois avant de manquer d’argent, afin qu’ils aient le temps de l’absorber. ”

Les panélistes ont noté que l’innovation n’est pas limitée à un groupe spécifique, c’est plutôt une mentalité nécessaire qui doit être encouragée.

« Je ne suis pas un grand fan d’assimiler l’innovation aux jeunes », a déclaré Andre Mendes, directeur de l’information au ministère du Commerce. « Il y a beaucoup de gens dans le secteur fédéral qui sont dans la cinquantaine, la soixantaine et qui sont des innovateurs incroyables… Soit vous voulez être un innovateur iconoclaste, soit vous ne le voulez pas. Et vous devez avoir un environnement qui vous permet de le faire. Nous devons favoriser l’innovation.

Facebook
Pinterest
Twitter
LinkedIn
Email